Mise à jour le 25/03/2016, par Damien - Service Com’ ANDAR

imprimer l'article

Qu’est ce que la PR ?

La polyarthrite est une maladie inflammatoire qui touche plusieurs articulations.

Polyarthrite rhumatoïde (PR) signifie que des facteurs rhumatoïdes sont présents (le plus souvent mais pas toujours) dans le sang.

Une inflammation est d’habitude le signe que nos défenses naturelles (dites défenses immunitaires) agissent contre une agression extérieure.

Dans le cas de la polyarthrite rhumatoïde (PR), l’inflammation n’est pas dirigée contre un agent extérieur mais contre une composante de l’articulation : la membrane synoviale.

On parle alors de maladie auto-immune.

Tout un mécanisme assez complexe compose une articulation : os, ligaments, tendons, liquide sinovial, cartilage, etc... Pour mieux comprendre où et comment agit la PR, suivez le guide !

Les articulations font office de charnières entre deux os. Les os sont maintenus ensemble par des ligaments comme le feraient des sangles ou des tendeurs.

- Les tendons fixent le muscle à l’os.

- Des minuscules poches remplies de liquide aident les muscles et les tendons à bouger avec fluidité. Une couche de cartilage recouvre la tête de chacun des os ce qui permet à l’articulation de travailler en douceur.

- L’articulation est elle-même entourée d’une capsule qui la protège et la maintient en place ; capsule qui est tapissée par une fine couche de tissu appelé membrane synoviale. Cette membrane synoviale produit un lubrifiant (le liquide synovial) qui nourrit l’articulation et le cartilage.

Elle se manifeste au niveau :

- De la membrane synoviale

- de l’enveloppe du tendon

- du liquide synovial

- du cartilage articulaire

- de l’os

Sous l’effet de l’inflammation, la membrane synoviale fabrique plus de liquide que nécessaire à la lubrification de l’articulation. Le liquide s’accumule, la membrane s’épaissit, l’articulation enfle, les tissus voisins se durcissent et deviennent douloureux.

Cela peut causer des dommages irréparables à l’articulation, pouvant entraîner des déformations et à terme des handicaps. C’est pourquoi il est primordial de diagnostiquer et de traiter la polyarthrite rhumatoïde le plus tôt possible.

Nous nous souvenons très souvent de la première poussée douloureuse.
Les symptômes de la PR peuvent aussi apparaître lentement et aller et venir pendant plusieurs semaines.

Elle touche dans un premier temps les articulations des mains et des pieds, souvent de façon symétrique. Les articulations sont rouges et gonflées, avec une sensation de chaleur et une douleur intense au contact.

Le poids d’un drap ou glisser sa main dans son sac pour y saisir un objet peut être insupportable. La nuit et le réveil sont des moments particulièrement pénibles. On se sent raide, fiévreux et dans l’incapacité d’accomplir des gestes simples de la vie quotidienne comme dévisser un bouchon ou actionner un interrupteur.

Certains de ces symptômes peuvent faire penser à « la goutte », une maladie métabolique due à un excès d’acide urique dans le sang et qui se manifeste principalement dans les membres inférieurs.

Extrait de la Collection Articule (collection validée par un rhumatologue)

Newsletter

Inscrivez-vous pour recevoir notre newsletter

Nous suivre