Mise à jour le 27/06/2017, par Damien - Service Com’ ANDAR

imprimer l'article

Campagne Médecin - Patient

Lancement de la 3e Campagne de sensibilisation à la relation Médecin - Patient

Il n’est pas évident de reconnaître un patient qui ne prend pas son traitement

"Et si l’on en parlait ?" :
lancement de la 3e campagne dédiée à la relation medecin - patient atteint de Polyarthrite Rhumatoïde ! L’association de patients ANDAR et les laboratoires Roche Chugai dévoilent une campagne nationale de sensibilisation à la relation médecin-malade atteint de PR.

La campagne "Et si l’on en parlait ?" nous rappelle, au travers de 4 mini films à découvrir tout au long de l’année, l’importance d’une bonne communication entre un médecin et son patient.

Découvrez vite le 3e film, commentez et partagez !

#etsilonenparlait

Troisième vidéo de sensibilisation : Il n’est pas évident de reconnaître un patient qui ne prend pas son traitement !


Donnez votre avis !
En posant les bonnes questions pendant la consultation, on peut tous ensemble améliorer la prise en charge de la polyarthrite rhumatoïde.
Il n’est pas évident de reconnaître un patient qui ne prend pas son traitement.
Pourquoi n’avez-vous pas dit à votre médecin que vous preniez pas bien votre traitement ? Aidez-nous à réaliser un diagnostic de la relation médecin - malade dans la polyarthrite rhumatoïde en participant au sondage national : https://goo.gl/forms/qZq1X6eu6LgroApu2


Retour sur la 2e Campagne "Et si l’on en parlait ?" :

La vie donne bien des raisons de ne pas prendre son traitement

Deuxième vidéo de sensibilisation : Médecin - Malade : une reladion à deux !


Médecin-Malade : une relation à deux ! interview Dr Jean-David Cohen


Médecin-Malade : une relation à deux ! interview de Patients vidéo 2


suite au lancement de la 2e campagne dédiée à la relation medecin - patient atteint de Polyarthrite Rhumatoïde, nous vous avions demandé votre avis :

En posant les bonnes questions pendant la consultation, on peut tous ensemble améliorer la prise en charge de la polyarthrite rhumatoïde.
Quelles sont les principales raisons pour lesquelles vous ne prenez plus votre traitement ?

Voici enfin les résultats :

- La principale raison de ne pas prendre son traitement pour près d’une personne sur deux (44,9%), c’est très clairement l’oubli.

- On constate aussi que la lassitude et la peur des effets indésirables arrivent en seconde position, quasi exæquo (27,6% et 26,6%).

- Contre toute attente, concilier voyages avec le traitement n’est plus un gros problème (7,9%). Sommes-nous devenus des globe-trotteurs qui s’adaptent ou au contraire des sédentaires qui n’ont pas ce souci ?

Vous aviez aussi le champ libre pour vous exprimer grâce à la partie ‘’Autres’’, nous vous les proposons réparties 7 catégories :

- N’oublie jamais le traitement : 8 (3,6%)

- Arrêt suite à l’avis de l’hôpital (infection, intervention, désir de grossesse) : 6 (2,7%)

- Avoir des effets secondaires, prise de poids : 5 (2,3%)

- Refus de traitement, Dégout, Marre de penser à la maladie ou N’accepte pas sa maladie : 5 (2,3%)

- Pas de différence ou inefficacité face à la douleur : 4 (1,8%)

- Impression de ne pas avoir de PR : 1 (0,5%)

- Pas de traitements : 1 (0,5%)


Retour sur la 1re Campagne "Et si l’on en parlait ?" :]

Le meilleur moment pour dialoguer reste la consultation

Première vidéo de sensibilisation : Médecin - Malade : une reladion à deux !


Médecin-Malade : une relation à deux ! interview Dr Eric Senbel


Médecin-Malade : une relation à deux ! interview de Patients


suite au lancement de la 1re campagne dédiée à la relation medecin - patient atteint de Polyarthrite Rhumatoïde, nous vous avions demandé votre avis :

En posant les bonnes questions pendant la consultation, on peut tous ensemble améliorer la prise en charge de la polyarthrite rhumatoïde.
Et vous, dites-vous toujours tout à votre médecin ?

Voici enfin les résultats :

— > Près de 50% (49,5%) des personnes qui ont répondu au sondage disent tout ou presque à leur médecin.

— > 31,8% sans "tout dire" semblent assez transparents avec leur rhumatologue.

— > et 18,7% seraient plutôt "cachottiers".

Mais pouvons-nous vraiment tout dire ?

Vos témoignages montrent que l’ouverture et la disponibilité du médecin entrent aussi en compte !

Newsletter

Inscrivez-vous pour recevoir notre newsletter

Nous suivre